Top 10 des animaux que l’on déteste (mais qui sont utiles)

Les félins, les ours, les grands cétacés, les oiseaux, la plupart des animaux sont source d’émerveillement, d’attendrissement, et d’étonnement.

Pourtant, même chez les plus grands amateurs de nos amis à quatre pattes, certains écœurent, effraient ou nous sont antipathiques.

Malgré de mauvaises réputations, ces animaux ont toutefois leur place dans la grande chaîne de la vie et parfois même peuvent nous faire du bien.

Il est parfois difficile de lutter avec nos sentiments et nos a-priori, mais essayons d’en savoir plus sur ces animaux que l’on déteste.

Le requin

Depuis la série des films « Les dents de la mer », les requins ont encore plus mauvaise réputation. Pourtant, leurs attaques sont très rares même si elles sont toujours spectaculaires et malheureusement, parfois, meurtrières.

Le requin se trouve à la tête de la chaîne alimentaire dans les océans et il existe depuis des millénaires, s’étant toujours adapté aux conditions climatiques de toutes les époques.

Sa forme allongée et sa mâchoire puissante, ses dents si pointues, tout nous effraie chez les requins. Pourtant, il se nourrit principalement de poissons plus petits que lui. Seules cinq espèces de requins sont considérées comme dangereuses pour l’homme, alors que la plupart sont en voie de disparition.

Les requins sont des chasseurs solitaires, souvent sédentaires et qui participent au respect de la chaîne alimentaire dans les océans et donc participent à leur protection et leur équilibre. Ils sont les grands nettoyeurs des mers et des océans en débarrassant les eaux des cadavres et des animaux blessés. Pêchés de façon intensive, la plupart des espèces sont en danger.


La méduse

Prédatrice des mers, les méduses peuvent nous émerveiller lorsqu’elles nagent avec grâce dans la plupart des aquariums. Mais leur aspect gélatineux, leur corps gluant et surtout leur brûlure à leur contact nous font détester ces animaux sans squelette, cerveau ou poumons.

Composées de 98 % d’eau, de 1 % de sel et de 1 % de collagène, elles se déplacent par propulsion musculaire et leurs mouvements sont de véritables chorégraphies.

Apparues sur la terre il y a plus de 600 millions d’années, elles se nourrissent de micro-plancton. Elles jouent un rôle important dans la régulation des populations de poissons.

Le collagène dont elles sont constituées est prélevé et utilisé dans les cosmétiques pour ses propriétés anti-vieillissement et ses capacités à lutter contre les rides.
Certaines espèces sont consommées, particulièrement au Japon et dans la cuisine asiatique. Mais seul Bob l’éponge produit de la confiture en trayant les méduses.

Les serpents

Ces animaux à sang froid qui rampent dans nos contrées ou parfois dans nos jardins, rencontrent peu de sympathie. Avec leur langue bifide, leur yeux sans paupière et leur corps recouvert d’écailles, certains sont dangereux, d’autres inoffensifs.

Il existe environ 2700 espèces dont moins de 400 sont dangereuses. Ils sont carnivores et dévorent toutes sortes de petits animaux.

La peur de ces reptiles est tout à fait naturelle et serait même la manifestation de notre instinct de survie face au danger qu’ils représentent. Couleuvres, vipères, pythons ou encore serpent à sonnettes, ces animaux provoquent dégoût et peur et pourtant, de plus en plus les capturent pour en faire leur animal de compagnie.

Ils sont la nourriture de nombreux animaux dont les rapaces et c’est pour cela qu’il faut les protéger et arrêter de les chasser. Ils sont aussi les prédateurs de nombreux nuisibles qui détruisent nos jardins.


Les araignées

Comme les serpents, elles provoquent rarement la sympathie. Prédateurs invertébrés, on les trouve dans nos forêts mais aussi dans nos jardins et nos maisons. Grâce à leurs toiles qu’elles tissent patiemment avec la soie qu’elles sécrètent, elle attrapent les insectes qui vont les nourrir. Il en existe 47 000 espèces dont seules 200 seraient nuisibles à l’homme.

Le premier réflexe en les voyant est de les écraser. Pourtant, elles jouent un rôle majeur dans la régulation des insectes. Elles sont capables d’attraper une tonne d’insectes par an, mouches, moustiques ou autres cafards et blattes.

Chacune d’elle à son environnement, si vous en trouvez à l’intérieur de votre maison, ne les mettez pas dehors, elles ne sont pas forcément faites pour l’extérieur.

La hyène

Grand carnivore, elle a mauvaise réputation à cause de son rire sinistre qu’elle fait entendre pour signaler qu’elle a trouvé de la nourriture.

Diabolisée dans le Roi Lion de Disney, et associées aux pires fantasmes, elle vit principalement en Afrique. Connue pour être un charognard, se nourrissant des cadavres, elle est aussi une redoutable chasseresse.

Ce sont les femelles qui dominent, plus grandes et plus puissantes que les mâles. Grande nettoyeuse de la nature, elle nous débarrasse de déchets porteurs de microbes et de virus.

Le crapaud

Cet amphibien de couleur marron ou grise, ou encore vert olive, n’a rien de ragoûtant. Ses excroissances sur son dos lui donnent un aspect écœurant, on lui préfère souvent sa collègue la grenouille, plus fine et plus esthétique.

On le trouve dans nos campagnes, proche des sources d’eau.
Mais si le crapaud n’attire pas beaucoup de sympathie, il est utile dans nos jardins. Il joue un rôle important contre toutes sortes de nuisibles, qui s’attaquent particulièrement à nos potagers. Il nous débarrasse des chenilles et autres escargots qui s’attaquent à nos fruits et légumes.

Il est en danger dans les régions où les zones humides disparaissent, celles-ci sont indispensables à sa reproduction.

La chauve-souris

Petit mammifère nocturne, cet animal est souvent associé aux vampires et seul Batman a tenté de le réhabiliter un peu.

Elles sont actives la nuit et volent grâce à une membrane de peau reliant le corps, les membres et les doigts. Les chauves-souris émettent des ultra-sons par leur bouche ou par leur nez, et sont capables de se déplacer grâce à eux. Elle se nourrissent de fruits et de petits insectes.

Elles hibernent généralement en hiver, alors que les insectes se font plus rares. Certaines espèces migrent vers des pays plus chauds. Mais en été elles nous débarrassent de nombreux nuisibles dans nos jardins.


La pie

Généralement, les oiseaux sont des compagnons agréables dont nous apprécions les chants si harmonieux. Mais la pie, et sa réputation de voleuse, semble échapper à ces appréciations. Facilement reconnaissable à ses plumes noires et blanches, elles vit dans nos jardins et se fait facilement repérer avec son cri rauque et désagréable.

Elle aime discuter en bande, c’est pourquoi on l’appelle souvent « pie bavarde ». Elle est omnivore et apprécie aussi bien les vers et autres limaces que les petites baies de nos buissons. Elle peut vivre jusqu’à 15 ans.

Si sa présence n’est pas toujours agréable, elle est un bon nettoyeur de notre environnement. En effet, elle nous débarrasse des cadavres (genre animaux écrasés sur les routes) et de pas mal des détritus laissés par les humains.

Le crocodile

Plus sympathique dans la bouche d’un enfant, le « crocrodile » est un animal effrayant et qu’il ne fait pas bon rencontrer. Ces gros lézards vivent dans les pays chauds et en eau douce.

Ils peuvent rester plus de 50 minutes sous l’eau, totalement immobiles, ce qui leur permet de chasser facilement. Rien ne résiste à leur mâchoires surpuissantes. Plus agiles dans l’eau que sur la terre ferme, ils sont de redoutables chasseurs et peuvent dépasser les sept mètres de longueur. Le crocodile peut vivre jusqu’à cent ans !

Sa viande peut être consommée et sa peau est utilisée en maroquinerie de luxe. Il est devenu le symbole d’une célèbre marque de prêt-à-porter d’un ancien tennisman. Le crocodile, vieux de 65 millions d’années, s’adapte à tous les changements.

Le rat

Ce petit mammifère rongeur a acquis une mauvaise réputation de part son côté invasif. Il est souvent représenté en groupe, envahissant nos rues et nos poubelles.

Le film « Ratatouille » a essayé de le rendre sympathique, mais son aspect peu ragoutant nous rappelle surtout qu’il est porteur de maladie, et souvent associé aux grandes épidémie de peste au moyen-âge. Grosse souris, son museau est pointu et il possède une longue queue rosâtre, son corps est généralement de couleur grise.

Omnivore, il se nourrit principalement de tout ce qu’il trouve, notamment des détritus et déchets laissés par les hommes. Ils sont généralement chassés dans nos villes, mais souvent utilisés comme animaux de laboratoires et ont souvent fait avancer la science.

 Si tous ces animaux provoquent chez nous soit de la peur, soit du dégoût, soit un malaise, ils ont tous une utilité dans la grande chaîne de la vie, et même si notre premier réflexe est de les fuir (ce qui peut être salvateur dans le cas des serpents ou des crocodiles), les tuer n’est pas toujours intelligent, puisque souvent, ils nous débarrassent de nuisibles dans nos jardins et dans nos maisons.

Rejoignez les millions d’adeptes de l’hypnose

Rejoignez les millions d’adeptes de l’hypnose

Les maux que peut traiter l’hypnothérapie sont la douleur, le stress, l’obésité et l’amnésie, entre autres. Les troubles en lien avec l’esprit peuvent ainsi être soulagés, mais l’hypnothérapie traite également des maux fonctionnels.

Le Feng Shui – le secret d’une maison zen

Le Feng Shui – le secret d’une maison zen

Pour savoir comment aménager votre chambre à coucher ou votre salon grâce à la méthode Feng Shui, il faut savoir ce qui se cache derrière ce terme. Le Feng Shui est une discipline spirituelle ancestrale qui utilise un procédé qui influe sur votre espace intérieur...

Découvrez

L’acupuncture : le pouvoir des aiguilles

L’acupuncture : le pouvoir des aiguilles

L’acupuncture est une médecine douce qui nous vient de Chine. Il s’agit d’une pratique holistique vieille de plus de 2000 ans. Elle est fondée sur la croyance que l’on peut libérer des énergies bloquées, appelées aussi Chi, chez les êtres vivants.

Le Top 5 des médecines douces

Le Top 5 des médecines douces

1. L’aromathérapie L’aromathérapie est une pratique millénaire. On en trouve des traces dans les cultures antiques. Bien que les huiles aromatiques ont toujours été utilisées pour traiter et soigner différents maux, l’étude des propriétés de ces huiles n’a commencé...

Découvrez